Il était une fois rouen

Rouen de balcon en balcon

Dans l’édito de notre numéro de juin 2018, nous évoquions le souhait de la rédaction de Rouen sur Scène, d’attirer l’attention du Rouennais sur les beautés quotidiennes que son oeil ne voit plus tant elles lui semblent familières. Jean-Jacques Pinel de Golleville nous offre l’occasion d’arrêter notre regard sur les balcons de Rouen. Ces appendices immobiliers, si vous y prêtez attention, ne sont pas unanimement présents, ni régulièrement répartis sur le territoire urbain. Pourtant, si nous levons un peu le nez, bref si nous prenons le temps de flâner dans les rues, plus que de nous déplacer ou de nous contenter de l’usuel lèche-vitrines, quel ne serait pas notre étonnement et notre émerveillement ! D’un œil habitué (blasé ?) nous percevons, plus que nous les voyons nos célèbres maisons à pans de bois. Nous avons imprimé, inconsciemment le caractère haussmannien de la rue Jeanne d’Arc, mais pourriez-vous décrire, ou citer, de mémoire un balcon insolite ? Sauriez-vous les regarder, les comprendre ou les dater ? C’est à cet univers, aussi étonnant qu’énigmatique, que Regards sur des balcons rouennais, nous introduit.

Grâce à son avant-propos en forme de guide cicérone, Jean-Jacques Pinel de Golleville pose la ville dans son cadre historique, repoussant nos habitudes, corrigeant notre regard pour qui, il parait naturel (ou pas) de voir des maisons à pans de bois avec balcon, quand il s’agit en fait d’ajouts postérieurs. Car c’est avec le XVIIIème siècle que commence l’aventure du balcon. Ce balcon romantique, théâtre des amours de Romeo et Juliette ou de Cyrano et Roxanne, donne aux villes d’alors une nouvelle harmonie. Témoin de richesse, besoin de protection, le balcon se pare des modes de son époque et bigarre Rouen d’une nouvelle diversité. Avec quelques grands traits communs, chaque terrasse surélevée est pourtant unique, comme en témoignent les 150 illustrations de ce livre unique. Volutes et spirales du XVIIIème siècle cèderont le pas aux formes géométriques des années 1780/1830, avant de laisser la place aux balcons de pierre du XIXème siècle. Evolution des formes, adaptations aux matériaux du moment, parcourir Rouen de balcon en balcon est une expédition tout autant architecturale que technologique. C’est aussi une promenade de la petite histoire de particuliers dans la grande histoire de Rouen et du monde. Au fond flâner aux balcons de la ville c’est y chercher, le nez en l’air, l’âme qui la fit vivre au cours de ces trois siècles de construction.

Et nous ne pouvons qu’espérer qu’un jour (prochain ?) l’office du tourisme s’empare de cette ballade pour l’offrir aux rouennais, comme aux touristes.

Romain de La Tour

Regards sur des balcons rouennais, de Jean-Jacques Pinel de Golleville

Disponible à la librairie L’Armitière, à Rouen, 84 pages, 30 euros.

relais de poste à vendre dans l’Eure
%d bloggers like this: