concert et opéras

Fabien Mary, la douceur du Jazz

Dimanche dernier, Jazz in Mars clôturait son festival avec trois invités de marque. Le sax Ténor, André Villeger, le batteur François Laudet et le trompettiste Fabien Mary. Trois grands noms français du Jazz accompagnés par le big band Christian Garros dont nous avons déjà parlé en ouverture de ce festival. L’ambiance était à la fête sur un style Nouvelle Orléans dominant. Un orchestre précis et dynamique s’en est donné à cœur joie. Mais malgré son jeune âge qu’entouraient des monstres sacrés du jazz, celui qui nous a le plus réjouit était, et de très loin, Fabien Mary. Un jeu sans faille, une maîtrise de l’instrument comme de l’improvisation absolument inspirée, mais par-dessus tout une étonnante douceur de jeu, très éloignée des habituellement clinquant qui font de la trompette un tonitruant habituel du répertoire. Non, avec Fabien Mary, tout au contraire la douceur, la chaleur dont peut être capable la plus classique des trompettes soulignait une ligne musicale vive mais apaisée, donnant au discours une tenue sereine, laissant aux syncopes toute la force du relief. Avec une telle chaleur, un tel velours, si peu habituel pour les cuivres dans le Jazz, c’est toute l’âme de la musique qui se donne à voir, débarrassée des fioritures tonitruantes. Un très beau moment de musicalité qui n’enlève rien au swing ni à la fête, mais la colore peut-être simplement de vérité.

Cyril Brun

Concert entendu le 31 mars 2019 – Bois-Guillaume, Jazz in mars

%d bloggers like this: