Hockey

RHE – Vers une nouvelle qualification historique pour les 8es ?

6e journée de CHL : Rungsted – Rouen 

Vers une nouvelle qualification historique pour les 8es ?

Lors de ce 6e et dernier match, Rouen avait l’occasion de réitérer son exploit de 2018 et de représenter à nouveau le hockey français auprès de l’élite européenne. Seul club français à être parvenu à se qualifier pour les 8es de finale de cette prestigieuse compétition, Rouen avait la possibilité de s’y hisser à nouveau… à condition de battre le club de Rungsted, chez lui.

Un début de match tendu

Très tôt dans ce début de match, les Dragons sont apparus visiblement tendus par l’enjeu. Rouen cherchait surtout à ne pas se faire prendre en contre pour éviter de se faire mener tôt dans la partie. Sur une bonne relance rouennaise, et grâce à une bonne vitesse de patinage, les Dragons parvenaient à trouver une belle entrée en zone pour jouer un 2 contre 1. Joël Caron (n° 96) bien décalé sur la droite lançait un tir qui passait de peu à droite du poteau du gardien de Rungsted. Le palet était alors récupéré derrière le but côté gauche par Kelsey Tessier (n° 90) qui avait bien suivi l’action et adressait une passe en aveugle pour remettre le palet devant le but… pour Loïc Lampérier (n° 37) qui voyait le palet rebondir sur lui avant de terminer dans le but (0-1). Dans la foulée, Rungsted repartait à l’offensive sur la cage rouennaise. Pintaric (n° 69) réalisait alors plusieurs sauvetages coup sur coup. Notamment lors d’un 2 contre 1, où le n° 46 de Rungsted se retrouvait complétement seul, plein centre face à Pintaric et cage ouverte. Pintaric réalisait alors un arrêt réflexe pour détourner in extremis le tir hors de sa cage. Pintaric s’employait à repousser tant bien que mal les assauts de Rungsted, lâchant plusieurs rebonds près de sa cage, sans conséquence. Alors que les Rouennais avaient plutôt bien résisté jusqu’alors, ils se voyaient sanctionnés de 2 pénalités, coup sur coup, juste avant la pause.

Une indiscipline qui coûte cher

Les Dragons commençaient donc cette 2e période à 3 contre 5. Une pénalité surprenante pour retard de jeu contre le gardien de Rungsted venait casser le temps fort des Danois et permettait aux Rouennais de sortir de ces pénalités en conservant leur avantage. Malgré tout, Pintaric devait encore s’employer sur quelques actions bouillantes devant son but, bien épaulé par ses défenseurs qui dégageaient tant bien que mal les rebonds. Rungsted était d’ailleurs tout près de marquer sur un but très similaire au premier but marqué par les Dragons au match aller. Le palet était transmis derrière la cage puis remis juste devant le but, pour un tir tout en reflexe. Rouen répondait avec force après 5 min. de jeu dans la 2e période. Sur un contre rapidement mené, Anthony Guttig (n° 71) lançait une belle accélération pour transmettre un caviar à Dylan Yéo (n° 8) bien situé juste devant le but, qui malgré la pression d’un défenseur, parvenait à glisser le palet dans la cage ouverte (0-2). Malheureusement, l’indiscipline coûtait cher aux Rouennais qui se retrouvaient de nouveau à 3 contre 5. Rungsted en profitait pour réduire la marque à la mi-match grâce à cette supériorité numérique (1-2). Rungsted égalisait dans la foulée après un tir de la bleue, Pintaric étant masqué par un attaquant adverse (2-2). Les occasions se faisaient alors nombreuses des 2 côtés, les gardiens réalisant un excellent match de part et d’autre.

La porte des 8es s’ouvre à nouveau pour Rouen

Rungsted se montrait très menaçant dans ce début de 3e tiers. Les Dragons voyaient même un palet longer dangereusement la cage à quelques centimètres de Pintaric. Fort heureusement, l’attaquant de Rungsted placé juste devant le but, ne parvenait pas à tromper Pintaric, très sollicité sur cette action, qui s’y reprenait à 3 fois pour geler le palet. Après un excellent travail sur la bande, Joris Bedin (n° 37) parvenait à libérer le palet pour Andrew Johnston (n° 61) qui arrivait lancé côté droit et transmettait le palet juste devant la cage à Rolands Vigners (n° 91) qui détournait le palet dans le but entre les jambes du gardien (2-3). Malgré quelques occasions dangereuses, Runsteg ne parvenait plus à imposer son jeu sur cette fin de match. Rouen se payait même le luxe d’inscrire un dernier but en cage vide grâce à Kelsey Tessier (n° 90) (2-4). Rouen tenait alors sa qualification pour les 8es de finale de la CHL obtenue, comme en 2018, par une dernière victoire à l’extérieur.

Cédric Gossin

Résultat final du Groupe G : Klagenfurt et Rouen se qualifie pour les 8es de finale.

Le tirage au sort des 8es de finale ayant eu lieu le vendredi 15 octobre, le futur adversaire de Rouen sera le club des Redbull de Salzburg (Autriche). Cette rencontre aura un parfum de revanche car Salzburg avait déjà été l’adversaire de Rouen lors des 8es de 2018 où, après un très beau match à domicile (3-3), Rouen s’était incliné au match retour (1-5).

(Photo illustration : Rungsted Seier Capital)

%d bloggers like this: