Hockey

8e de finale retour de CHL : Salzburg – Rouen – Un match pour écrire l’histoire…

Après leur victoire 3-0 à domicile la semaine dernière, les Dragons pouvaient croire à une qualification historique en quarts de finale de la CHL, étape qu’aucun club français n’a encore jamais atteinte. Leurs trois buts d’avance, construits après un match aller sérieux et discipliné, devaient leur permettre de croire en leur chance pour écrire une nouvelle page de l’histoire du hockey français et faire figurer le club de Rouen parmi les 8 meilleurs clubs européens.

(Crédit Photo: Champion Hockey League)

Une première période laborieuse

Le début de match tourna rapidement à l’avantage de Salzburg. Les Rouennais, visiblement tétanisés par l’enjeu en ce début de période, perdaient leurs duels et ne parvenaient pas à trouver une mobilité et une vitesse de patinage pour faire jeu égal avec Salzburg. Dès la 4e min. de jeu, le n°91 de Salzburg se retrouvait seul devant Pintaric côté droit après un mauvais placement des Rouennais. Pintaric s’employait à un arrêt reflexe pour maintenir son équipe à flot. Les Dragons subissaient complètement le jeu de Salzburg en cette 1re période et ne devaient leur maintien dans le match qu’à un Pintaric des grands soirs. Pour autant, comme au match aller, les Rouennais finissaient par retrouver leur jeu en fin de 1re période, avec R. Vigners (n°91) qui remettait le palet en retrait plein centre pour D. Yéo (n°8) dont le tir était bien stoppé par le gardien. Malgré cette belle tentative, la domination de Salzburg était flagrante et c’est en toute logique que Salzburg ouvrait le score lors de sa première supériorité numérique (0-1), peu de temps avant de rentrer au vestiaire.

(Crédit Photo: Champion Hockey League)

Les Dragons maladroits devant le but

Les Dragons attaquaient ce 2e tiers avec plus d’assurance et d’énergie que le 1er, et commençaient à être plus présents dans les duels. Rouen profitait d’une supériorité dès le début de cette 2e période pour installer son jeu et amener le danger devant la cage de Salzburg. F. Chakiachvili (n°62) était tout près de tromper le gardien de Salzburg sur un tir de la bleue, que L. Lampérier(n°27) situé juste devant le but, ne parvenait pas à dévier. Les occasions s’enchaînaient d’un côté comme de l’autre, le n°71 de Salzburg se trouvant tout prêt d’alourdir le score après avoir récupéré un palet juste devant le but, mais Pintaric repoussait le palet de la botte. Grâce à une nouvelle supériorité, les Rouennais se procuraient une nouvelle occasion par D. Gilbert (n°67) qui bien décalé sur la droite ne parvenait cependant pas à tromper le gardien adverse. Dans les toutes dernières secondes de la supériorité, L. Lampérier (n°27) parvenait même à tromper la vigilance des défenseurs de Salzburg et à partir seul face au gardien mais voyait son palet détourné par ce dernier. Toutes ces occasions manquées finissaient par frustrer les Dragons et leurs supporteurs, et la fatigue commençait à se faire sentir chez les Rouennais dont le marquage était de plus en plus relâché. Il n’en fallait pas plus à Salzburg pour alourdir le score par un tir puissant de la bleue, profitant que Pintaric était masqué (0-2). A la dernière minute de cette période, R. Vigners  après avoir remporté son duel face au défenseur de Salzburg tentait un tir du revers sur le gardien qui détournait bien le palet. Les dragons rentraient alors au vestiaire avec beaucoup d’occasions non concrétisées et avec 1 seul but d’avance sur le score cumulé (match aller + retour).

(Crédit Photo: Champion Hockey League)

Un sauveur nommé Dylan Yéo

En ce début de 3e tiers, les 2 équipes jouaient leur va-tout. Salzburg, n’étant qu’à un but de refaire son retard, mettait une pression énorme sur les Rouennais. Malgré cela, après 5 min. de jeu, Rouen était tout près d’ouvrir la marque après un 1er tir d’Anthony Guttig (n°71) repoussé, puis un 2e de David Gilbert (n°67) également repoussé par la botte du gardien. Finalement, à 10 min. de la fin du match, Salzburg marquait de nouveau par un très beau tir dans la lucarne (0-3). Stupeur chez les Dragons et leurs supporteurs qui voyaient tous les efforts du match aller réduits à néant et avec une équipe de Salzburg tout en confiance. Ce but aurait pu enterrer définitivement les espoirs rouennais… mais conscients qu’ils n’avaient plus grand chose à perdre, les Rouennais lançaient leurs dernières forces dans la bataille, encouragés par leurs supporteurs qui donnaient de la voix au Novick’s stadium ou à la patinoire de Rouen. Alors que l’on s’apprêtait à entrer dans les 5 dernières min. de jeu et que les Rouennais avaient bien installé leur jeu en zone offensive, Dylan Yéo, à la bleue, trouva la lucarne gauche du but de Salzburg (1-3). Salzburg tentait alors de revenir dans la partie. La pénalité de L. Lampérier (n°27) à 1 min. de la fin mettait les Dragons dans une position insoutenable. Les joueurs de Salzburg profitaient de ce 6 contre 4 (Cage vide du côté de Salzburg) pour assiéger littéralement la cage rouennaise. Les Dragons défendaient alors en catastrophe mais ne rompaient pas et pouvaient laisser éclater leur joie dès la fin du match.

(Crédit Photo: Champion Hockey League)

Rendez-vous historique pour les quarts de finale de la CHL

Même si ce match retour ne restera pas comme le meilleur match des Dragons sur la scène européenne, il leur permet toutefois, grâce au score du match aller, de se qualifier pour les quarts de finales de la CHL (4-3 au score cumulé). Un exploit historique pour un club français.

En quarts, les Dragons de Rouen rencontreront les Finlandais de Tappara Tampere, les 7 et 14 décembre prochain. Ce club finlandais au palmarès de 17 titres nationaux, dont le dernier en 2017, participe chaque année à la CHL depuis 2014. Toutefois, comme les Dragons, Tappara atteint pour la 1re fois de son histoire les quarts de finale de la CHL.

(Crédit Photo: Champion Hockey League)

%d bloggers like this: